Une architecte (à Lyon) pour rénover entièrement un studio ?

Pour ma nouvelle rénovation complète j’ai souhaité, pour la première fois, faire appel à un architecte.

Pourquoi ? le studio de 23m2, situé au Vieux-Lyon, est cette fois-ci destiné à la location courte durée.
Il est donc essentiel d’avoir un rendu final haut de gamme avec une “touche” d’architecte, un agencement étudié en profondeur pour ne pas perdre d’espace et rendre le studio pratique/agréable à l’usage.

Aussi, j’avais l’envie de déléguer entièrement cette partie du projet afin de me concentrer/étudier uniquement sur les variables de gestions locatives à préparer (automatisations etc).

Il n’est pas facile de trouver un professionnel qui ne tombe pas dans la facilité de la mode actuelle :

(carreaux de ciments à outrance, inspiration scandinave etc).

Mon objectif était d’avoir un travail sobre, robuste, ingénieux, intemporel, moderne et optimisé :

  • l’optimisation en terme de surface
  • l’utilisation de la hauteur sous plafond (mezzanine ou espace nuit)
  • l’idée de faire ressortir (par petite touche) le cachet (pierres apparentes etc)
  • l’ingéniosité
  • le modulable pratique et utile (par petite touche, pas en excès)
  • la robustesse / le pérenne / l’intemporel

J’ai pu constater qu’il existe des solutions en ligne telles que :

  • https://www.monmaitrecarre.com (3 propositions par 3 architectes à choisir pour 575e)
  • https://www.rhinov.fr (déco à partir de 99e/pièce)
  • https://archibien.com (3 esquisses de 3 architectes différents pour 900e)

Ces sites proposent des prestations de mise en concurrence d’architectes à des prix très agressifs.

Préférant faire appel à un talent local, j’ai finalement choisi l’architecte Anouck Charbonnier, présente à Lyon, dont la mission était donc de repenser entièrement l’espace, réorganiser l’agencement et proposer 2 solutions d’aménagement. J’ai souhaité laisser l’architecte me “surprendre” sans trop lui donner de directives précises pour ne pas brider son inspiration (tarif : 850e).

Ce que m’a livré l’architecte :

La “variante” proposée :

J’ai malheureusement dû retirer les propositions à la demande de l’Architecte.
Pourquoi cette volonté de cacher son travail ?

Mes remarques concernant ces propositions :

1/ Le lit/chambre est visible en permanence et cela, dès l’entrée dans l’appartement (est-ce judicieux ?), de plus, l’escalier se situe exactement sous une grande poutre (plafond à la française) ce qui risque d’être gênant.

2/ Le WC séparé, est un atout dans un grand appartement, dans un tout petit studio, il me semble que c’est une perte de surface et des coûts supplémentaires (plusieurs portes etc).

3/ Il me semble également que l’implantation des zones (salon / SDB / repas / cuisine) manquent d’optimisation.
Si l’on compare le plan existant et les plans créés, j’ai davantage l’impression d’avoir affaire à un « rafraîchissement » des espaces qu’à une remise en question totale de l’existant : les pièces (sdb, cuisine, mezzanine) gardent presque les mêmes emplacements / orientations.
Est-ce la meilleure des organisations ?

4/ D’après les propositions j’ai l’impression que la pièce de vie est globalement sacrifiée.

5/ Le bloc chambre semble être très (trop) inspiré d’une création de l’agence d’architecture “batiik” (j’avais précisé en période de briefing que j’appréciais les créations de batiik) en lieu et place de l’ancienne mezzanine.

6/ Lorsque l’on analyse la variante, il semble que celle-ci consiste globalement à un simple changement d’orientation de l’escalier.

En faisant appel à un architecte, j’imaginais qu’il allait « bouger » les zones (sdb etc) dans tous les sens et proposer un agencement que je n’aurai aucunement pu imaginé.
Si j’ai fais appel à un spécialiste c’est pour aller à un niveau supérieur (bien au delà de ce que je suis capable de produire, comme j’ai pu le faire ici).

Je ne mets pas en doute les qualités professionnelles et humaines d’Anouck Charbonnier mais j’avoue que ce contexte a été très inconfortable. En coopération avec un architecte, j’imaginais être uniquement là pour quelques petits détails de finition et pas pour être en réflexion sur le travail d’agencement.

Suis-je trop exigent ? Pour la petite histoire j’ai finalement planché moi-même sur les plans et le résultat me satisfait davantage. Bien que j’aurai apprécié ne pas m’investir là-dedans, cela reste une expérience bénéfique.

*Le plan final a été confectionné avec l’aide d’un architecte/ami Vénézuélien (présent notamment sur Fiverr) qui a mis mon dessin “au propre” et apporté ses conseils de professionnel.
(
Si vous souhaitez son contact n’hésitez pas à me joindre).

 

Je suis curieux de savoir ce que vous en pensez ? 😉

2 conseils pour choisir son architecte :

  • Mieux vaut faire appel à un architecte qui a l’habitude de traiter des projets similaires au sien. Dans mon cas, la surface est petite ce qui rend la tache d’agencement particulière. Faire appel à un archi spécialisé en petite surface est sans doute pertinent.
  • Pour un travail d’agencement, ne pas se laisser aveugler par les visuels des réalisations d’un architecte (de prime à bord pour ses qualités de décorateur).

Suite à la publication de cet article, Anouck Charbonnier a souhaité exercé son droit de réponse, le voici :

« Monsieur Casal,
J’ai pris connaissance, par hasard, de votre article, qui relate notre courte collaboration portant sur l’étude d’un avant-projet sommaire (APS) de votre studio de 23m2.
Après l’avoir lu, il me semble qu’il est nécessaire d’apporter quelques précisions.
Vous m’avez contactée par e-mail au mois de mars afin de connaitre mes disponibilités pour une rencontre.
Lors de ce premier entretien, à l’adresse du studio, vous m’avez fait part de vos attentes :
-Un studio avec des prestations haut de gammes destiné à la location courte durée (type chambre d’hôtel de luxe)
-Une optimisation de l’espace
– L’utilisation de la hauteur sous plafond (3,18m), via une mezzanine
– La mise en valeur du cachet de l’appartement (plafond à la française, pierres
apparentes…)
Dans un premier temps, je vous ai expliqué que l’implantation d’une mezzanine n’était pas judicieuse car la hauteur sous plafond n’était pas suffisante. En effet, dans un souci de rentabilité (taux de réservation optimal de votre studio), il me semblait important de conserver un espace nuit confortable et facilement accessible au plus grand nombre.
Nous avons également abordé votre budget pour la réalisation de ces travaux.
Une fois le compte rendu de ce rendez-vous rédigé (comprenant vos attentes et les différents points abordés), je vous l’ai transmis, accompagné d’un devis d’honoraires pour un « Avant Projet Sommaire » et d’une fourchette du prix des travaux.
Ce devis comprenait :
– Un relevé de côtes détaillé
– L’établissement d’un plan d’état des lieux
– 2 propositions d’agencements non détaillées (une version et sa variante)
– 2 vues axonométriques en 3D par solution
– Un estimatif provisoire du coup des travaux, détaillé par lot
Cette étude sommaire, facturée 850 euros, permettait de faire des choix en fonction de votre budget.
Après le règlement d’un acompte de 30% (255 euros), j’ai pu procéder à la réalisation des différentes étapes du devis.
Lors de la présentation des esquisses d’implantations, j’ai pris tout le temps nécessaire pour répondre à vos questions / remarques. Vous m’avez notamment demandé d’intégrer plus de rangements. Après deux allers-retours supplémentaires de votre part, je vous ai livré une troisième version, côtée et détaillée, version que vous avez validée. A la suite de cela, je suis parti en congé une semaine, en vous ayant bien évidemment prévenu de ce congé dès notre première rencontre.
La veille de mon retour, vous m’informez par e-mail que vous avez pris la décision ferme et définitive de mettre un terme à notre collaboration.
Afin de justifier cette décision, vous revenez sur divers points, non abordés auparavant, que vous citez dans cet article. Vous joignez à cet e-mail les plans d’un nouvel agencement, réalisés par un de vos amis architecte (reprenant notamment le principe d’estrade avec rangements intégrés que je vous ai proposé).

Je ne comprends toujours pas aujourd’hui pourquoi vous n’avez pas souhaitez me faire part de vos doutes avant de prendre une telle décision. Croyez-moi, j’aurais apporté les réponses nécessaires à vos interrogations et me serais remise en question.
Sachez que je considère qu’une collaboration entre un client et un architecte d’intérieur, c’est avant tout une rencontre, une écoute bienveillante et un dialogue permanent. C’est pourquoi j’ai essayé de vous contacter à plusieurs reprises (mail, téléphone…), avec beaucoup de difficulté, afin de discuter de cette situation inconfortable pour nous deux.
Pour finir, il est important de préciser que vous n’avez pas voulu régler le solde de mes honoraires et que par conséquent vous restez redevable à ce jour de la somme de 595 euros. Je me demande sincèrement si cet article n’est aujourd’hui pas un moyen de pression de votre part afin de ne pas vous acquitter de cette somme.
Anouck Charbonnier. »