Le déroulement des travaux avec Renovimo (Lyon)

Une fois le studio déniché (un petit 22 mètres carrés à Lyon 3ème) et le compromis signé, il faut trouver une entreprise de rénovation sérieuse à qui confier ses travaux.
Lorsque l’on n’est pas du métier, il vaut mieux confier cette tâche à une entreprise qui saura coordonner les différentes étapes du projet et supervisera le tout, soit une entreprise tous corps d’état.
Globalement, il n’est pas facile de trouver un artisan et de s’en faire un avis avant d’avoir travaillé une première fois avec lui.
Mon idéal est une entreprise de confiance, avec qui je puisse collaborer les yeux fermés sur le long terme pour mes éventuels prochains investissements immobiliers.

Voici l’appartement en l’état au moment de l’achat :

avant

Voici le résultat attendu après rénovation :

resultat

A quelle entreprise Lyonnaise confier ses travaux de rénovation ?

Après quelques recherches, contacts et plusieurs demandes de devis à différentes entreprises du bâtiment, je décide de confier la rénovation de mon studio à l’entreprise Renovimo (société domiciliée à Vienne gérée par Patrick Perraudin). A première vue, elle semble être sérieuse.

Renovimo-Logo

Ce qui me plaît, c’est que cette dernière tient à jour un site sur lequel elle partage ses différents projets. Notons que Renovimo se serait visiblement occupé d’une partie des travaux du restaurant de Christian Têtedoie, chef étoilé, à Lyon 5ème.

Le site permet de constater des réalisations de travaux et de lire parfois les commentaires des commanditaires qui semblent satisfaits.

La tenue du budget ainsi que des délais semblent être un point important, ce qui pour moi, est essentiel.
Le premier contact téléphonique et la rencontre sont positifs : sympathique, un bon feeling, une bonne disponibilité, une bonne réactivité.

Lors de la visite de l’appartement, “Renovimo” me donne des conseils intéressants pour maîtriser le budget initial et ne pas partir dans idées farfelues.

Avec son allure de bricoleur, Patrick Perraudin respire les années d’expériences.
A contrario des quelques autres entreprises auxquelles j’ai eu affaire qui semblaient n’avoir jamais mis la main à la pâte.

Le devis proposé est à l’image du Monsieur, assez léger dans les détails de chaque point, contrairement aux autres devis.
Cela ne m’effraie pas tant que ça. Je décide de faire confiance.
Le prix total est en accord avec l’enveloppe travaux que je m’étais fixé.

Après réflexion, je décide de confier la rénovation de mon studio de 22 mètres carrés à cette entreprise.

Contrat signé avec Renovimo : l’avant travaux

Avant le début des travaux, nous signons une convention de travaux rédigée par l’entreprise, dans laquelle est rappelé le devis associé, et notamment les délais.

Dans mon cas nous avons cela :

  • Les travaux commenceront le 08/03/2016, leur durée estimative sera de 1 mois ouvrés.
  • En cas de dépassement, le maître d’ouvrage ne pourra prétendre à aucune indemnité.

Si le fait de signer une convention de travaux est une bonne chose, ne faites pas comme moi : exigez une date de livraison précise et non pas une “durée estimative”. D’autant plus que le terme « 1 mois ouvrés » est assez vague pour le commun des mortels (nous verrons par la suite à quel point c’est tendancieux).
De même, exigez des pénalités de retard dans le cas où les délais seraient dépassés.
Comme tout contrat que l’on vous propose, il est important de négocier les termes avant de signer quoi que ce soit.
J’apprendrais par la suite que la clause de contrat qui prévoit que les délais de livraison ne sont donnés qu’à titre indicatif est une clause abusive réputée non écrite.

Le déroulement des travaux et pourquoi mon expérience avec Renovimo fut mal vécue :

Important : il s’agit de ma propre expérience et de mes ressentis personnels pour cette rénovation avec cette entreprise. Je n’en tire pas de conclusions générales et je laisse chacun se faire son propre avis. Par ailleurs je ne suis pas professionnel du bâtiment, je n’ai aucune expérience dans la rénovation. Il s’agit donc de la vision d’une personne novice dans le domaine. L’ensemble de ces photos sont prises durant les travaux et non après livraison. (qui n’a pas encore eu lieu au 18 mai 2016). Pour la parfaite information du lecteur, je mettrai des photos lorsque la livraison sera effectuée. Les remarques ci-dessous ne sont pas insérées dans l’ordre chronologiques exact des travaux.

La première phase des travaux se déroule bien, il y a une bonne communication avec Patrick Perraudin, il répond rapidement aux questions, que ce soit par email, par sms ou par téléphone.

La dépose et la mise en plateau se fait assez rapidement.

Quelques photos de la première phase des travaux : 

etape1

etape2

Petit à petit, je remarque des points qui me dérangent :

La peinture n’est pas faite en fin de travaux, mais au début. Cette façon de faire m’a paru étonnante, mais bon, après tout, c’est n’est pas moi le professionnel. Patrick Perraudin et son équipe sont censés faire leur travail correctement, et mieux que moi. Je laisse le bénéfice du doute à ce sujet en début de travaux.

A ce sujet, je remarque que certains éléments, comme l’interphone, ne sont pas retirés afin de peindre l’intégralité des murs (j’informe alors l’artisan à ce sujet, cela sera corrigé par la suite) :
interphone
Au fil du temps, je remarque qu’en toute logique, la peinture neuve, posée en début de chantier, prend alors des “coups” durant les travaux.

IMG_0035

Les protections semblent légères, le parquet stratifié que l’on conserve est protégé partiellement avec une bâche fine, très vite usée et trouée de part et d’autre, laissant passer peinture, gravas…
Je fais également la fine bouche à ce sujet afin de maintenir la bonne entente avec l’entreprise.

IMG_0011-

IMG_0014

Les carreaux neufs posés lors de cette rénovation, ne sont pas non plus protégés :

IMG_0019

Durant le chantiers, des outils sont posés sur l’électroménager, ici le micro-ondes et le frigo neuf.

IMG_0044-

IMG_0045

Les carreaux sont découpés avec une scie de carrelage, très proche de la peinture neuve (non protégée).

IMG_0046

Le couloir commun avec le voisin est régulièrement laissé encombré, le sol de ce dernier n’est que très peu nettoyé, à tel point que le voisin laisse un mot d’agacement sur ma porte d’entrée pour demander de débarrasser et de passer à minima et donner un coup de balai.

Je décide de ne pas en faire toute une histoire et je m’occupe du coup de balai lorsque je vais quotidiennement checker les travaux.

Le chauffe-eau que l’on conserve est démonté mais pas protégé.

Photo prise le 13 mai 2016 :

IMG_0029

Le trou dans la cloison de placo pour y faire passer de la tuyauterie :

placo-trou

Cette façon de “percer” la cloison est étonnante.
Pourquoi ne pas avoir percé “proprement” avec un matériel prévu pour ?
Bon j’imagine que cela sera comblé par la suite.

Les plaques de placo BA13 utilisées pour la douche ne sont pas vertes (hydrofuges).

Je ne suis pas expert mais à ce stade, il me semble qu’il est très fortement conseillé, voire obligatoire, d’utiliser ce type de placo hydrofuge pour les pièces humides, je décide d’informer Renovimo :

(mail) : Une interrogation me taraude, concernant les placos de salle de bain, s’agit-il de placo « hydrofugé » habituellement verts, autrement sous quelle forme est traitée la résistance contre l’humidité ?

Réponse (mail) : pour votre info je ne met jamais de placo vert pour une simple et bonne raison c’est que le produit hydro est mélangé avec le papier cartonné du placo et ainsi ne donne pas un hydro parfait. je pose du placo standard et j’applique ensuite un hydro qui donne tout son sens dans ce cas là.

Cette réponse me laisse perplexe, après recherche, je constate que cela n’est pas du tout conforme aux normes DTU.
(Document Technique Unifié ou normes d’exécution et de mises en œuvre dans « les règles de l’art »).
La douche étant très petite, quelques plaques hydro auraient coûté à peine quelques euros de plus.
Je croise les doigts pour l’étanchéité au long terme de la douche.

On commence, on ne finit pas ? je remarque que lors de la rénovation de mon studio, beaucoup de tâches sont commencées et non achevées d’une traite.
Je rappelle qu’il s’agit d’un tout petit studio (22m2), donc les m2 à travailler sont vraiment très limités.

Par exemple, la faïence de la douche est commencée, mais pas terminée en une fois. La colle en excès est alors laissée et devient sèche sur le placo. Ce qui m’interpelle c’est que pour poursuivre les travaux, Renovimo doit gratter la colle, abîmer le placo et indéniablement – me semble-il – retirer tout ou partie de l’hydro liquide qu’il a posé en amont ?
Pourquoi ne pas avoir nettoyé la colle en trop lorsqu’elle était encore malléable ?

IMG_0679
IMGP4198

Les joints ne sont pas fait d’une traite ? (Photo prise le 13 mai 2016) :
Ne doit-on pas nettoyer consciencieusement les carreaux en fin de pose des joints ? cela ne semble pas être le cas.
Je note à ce stade des traces de joint gris au dessus de la faience, sur la peinture neuve.

IMG_0016

IMG_0025

IMG_0023

IMG_0026

Photo prise le 15 mai 2016, la pose de la faience continue : nous constatons des décalages dans la pose, du mortier à joint sec sur les carreaux jointés les jours précédents :

IMG_0040

P_20160518_143341

P_20160518_143418

Le mortier utilisé les joints d’angle de la cloison de retour est gris, pourquoi ne pas avoir utilisé un mortier blanc et pour un mur qui était blanc et peint au départ ? (avant / après l’application du mortier gris) :

IMG_0027

IMG_0041-

Ici, une seule plaque de mosaïque a été posée avant la pose des suivantes (même problème de colle qui sèche).
ça n’a pas l’air non plus très bien aligné :
IMG_0670

La mosaïque sur le fond de la salle d’eau n’est visiblement pas posée de façon régulière. Certaines plaques sont très rapprochées, d’autres ne sont pas alignées avec les autres :la pose de mozaique selon renovimo

La plomberie en début de travaux puis après que les joints de la mosaïque soient fait (13 mai 2016) :
A noté que j’avais pris l’initiative de déposer une protection (scotch orange) au dessus du tuyau principal par anticipation pour faire “bouchon de protection”.

IMGP4136

IMG_0034

IMG_0028

La faïence de la douche :
On note des décalages au niveau de l’alignement des carreaux, des différences de largeur au niveau des espaces de joint. Par ailleurs les découpes de carreaux ne sont pas toujours droites.

En regardant de plus près l’emballage de ces carreaux, son “mode d’emploi” démontre qu’il faut poser ceux-ci en quiconque. La raison est sans doute que les carreaux ne font pas précisément la même longueur, la pose en quiconque éliminant ce problème d’alignement.
L’artisan n’a visiblement pas suivi les instructions de pose.
On peut lire en italien “à poser non aligné avec 15cm de décalage”.

IMG_0018

IMGP4199

IMGP4200

IMGP4195

IMGP4194

A ce stade, je remarque des trous dans le placo de la douche, sans doute le résultat des clous utilisés pour maintenir les carreaux lors de la pose.
Il y aura donc des trous à certains endroits dans le placo au niveau des joints (pour rappel, il s’agit de BA13 non hydro).
Cela me semble dangereux pour l’étanchéité ?

IMG_0032

Le carrelage au sol de la salle d’eau :

P_20160518_144049

Le bar/mange debout construit par l’entreprise :
Une technique assez étrange selon moi : mur en siporex, puis plaqué de part et d’autre.
Pourquoi ne pas avoir monté un mur en siporex bien droit et lissé le tout ?
Bien que le sol ne soit pas tout à fait à niveau, la construction n’est pas verticale lorsqu’on teste avec un niveau à bulle.

IMG_0661

IMG_0665-

Une cloison mi-hauteur a été installée avant de combler l’espace n’ayant à l’origine pas de parquet (anciennement, la salle de bain)

IMG_0015

Le plan de travail au niveau de la kitchenette :

Bien que ce ne soit pas finalisé, je signale à renovimo que cette exécution me pose problème.

  • la faïence est posée avant la pose du plan de travail;
  • une partie de l’évier passe complètement sous les premiers carreaux de faïence;
  • un gros décalage est visible entre la faïence et le plan de travail
  • un joint silicone est posé en excès pour combler l’espace;
  • ce silicone présente des trous à certains endroits;
  • on remarque du silicone qui déborde sur le plan travail et sur l’évier;
  • le plan de travail n’est pas aligné, il ressort d’un coté et pas de l’autre;
  • l’évier n’est pas exactement aligné horizontalement avec le plan de travail;
  • l’espace entre la machine à laver et le plan de travail semble vraiment trop limité (n’oublions pas que la plaque de cuisson doit être posée juste au dessus et qu’une machine à laver en marche a tendance à vibrer !)

IMG_0651

la qualité des joints exécutés par renovimo

IMGP4178

IMGP4182

IMGP4185

IMGP4193

IMGP4180

A ce stade, je demande à l’entreprise de refaire cette partie qui ne me convient pas du tout.
Voici le plan 3D, donné en amont à l’entreprise comme base de travail :  

rénovation de la cuisine 3D

On remarque sur cette maquette 3D l’utilisation d’un évier de forme ronde qui aurait évité certains problèmes d’angle.

Le plafond : les joints entre les plaques sont visibles à l’oeil nu après la pose d’un faux plafond et la peinture :

IMG_0049-

Mon litige avec Renovimo sur les délais de livraison

Les délais : rappelons que les travaux ont commencé le 9 mars 2016.

(mail de Patrick Perraudin – 3 mai 2016) ma femme m’ fait remarquer que je me suis “planter” dans mes date car je ne vois pas le temps passer ;
en effet nous fermons demain jusqu’ a lundi pour le pont donc je vous donnerais la date pour la semaine prochaine pour la réception**cdlt

Je commence a être agacé car le temps passe de mon coté, je lui renvoi ce mail :

Je vous avoue que de mon coté je vois le temps passer.

La semaine prochaine cela fera 2 mois que j’ai signé l’acte de vente, alors que je m’attendais à 1 mois de travaux.

Bien qu’il y ait eu des imprévus il me semble qu’il est nécessaire de les anticiper et les rattraper pour tenir un minimum les délais annoncés.

Vous m’annonciez samedi par SMS que vous alliez commencer la faïence de la douche Lundi. Au final, vous ne faites ça que demain. Soit 2 jours de décalage.
Ce n’est pas la première fois qu’il y a ce type de micro-décalages qui au final représentent des semaines.

Vous m’annonciez une livraison ce vendredi et ce ne sera pas le cas, cela me semble peu professionnel de ne pas connaitre précisément son calendrier avant d’annoncer quoi que ce soit.

Vous avez ma confiance depuis le début, je compte vraiment sur vous mener à bien ces travaux dans les délais les plus courts possibles.

A ce stade, l’artisan gérant ne communique plus.
Je reçois un SMS de Perraudin pour m’informer que je vais recevoir sa réponse par LAR.

Malgré mes appels téléphoniques pour tenter de comprendre la situation, Patrick Perraudin ne m’accorde aucune réponse.
Je ne comprends pas cette façon de faire très procédurale.
La communication me semble importante pour avancer et régler les litiges quelque soit le domaine.
A partir de ce moment là, la gestion de ces travaux devient très pénible pour moi.

Voici la LAR réceptionnée le 11 mai 2016 : 
LAR envoyée par RenovimoMes réponses point par point :

« j’ai dut subir deux pannes d’ascenseur, alors que deux ouvriers venaient travailler »

Si l’on doit être très procédural, nous constatons que le contrat ne précise pas la nécessité du fonctionnement de l’ascenseur pour le bon déroulement des travaux.
Bien qu’au 5ème étage, l’appartement est très accessible par des escaliers larges.

« dans votre contrat est stipulée un mois jours ouvrés donc 31 jours, ma société est ouverte du lundi au vendredi midi et fermée le mercredi après midi soit 4 jours par semaine »

Cette information sur les horaires spécifiques d’ouverture de l’entreprise ne figure pas dans le contrat.
Dans ce contexte les 31 jours ouvrés doivent être calculés – il me semble – en fonction du calendrier 2016.

“vous oubliez tous les cables électriques (…) en sus et que je n’ai pas facturées !”

Effectivement je ne me rends pas forcement compte du travail réalisé en “background”.
Je remercie Renovimo pour avoir effectué cela sans supplément.

« là encore vous décidez de modifier avec un surcout le plan de travail de l’évier, donc un délai supplémentaire”

La façon dont est monté le plan de travail ne me convient pas du tout et ne correspond pas à la demande initiale (voir plus haut).

« le sol de 1m2 vous ne savez pas ce que vous voulez mettre »

Il s’agit du sol pour la salle de bain. Le 30 mars 2016 j’informais Patrick Perraudin sur mon choix :

sol-douche--« je vous signale que l’on pose le sol avant la faience, j’ai fait l’inverse car vous me l’avez demandé, mais ce n’est pas comme cela que l’on travail !! »

Au moment de faire la faïence de la salle de bain, Renovimo remet en question mon choix du 30 mars, et me propose de mettre de la faïence type parquet au sol.
En proposant cela, Renovimo génère de lui même mon “indécision”.
Pas convaincu par le style “parquet” je lui propose, (pour ne pas perdre de temps et ignorant les contraintes techniques) de poser d’abord la faïence murale et décider par la suite le sol.
L’artisan s’exécute sans m’avertir que ça ne se fait pas.
Il me semble que tout professionnel doit avoir un rôle de conseil. En tant que client, si je demande à un artisan de faire une chose qui n’est pas conseillée ou qui ne serait pas dans les règles de l’art, le professionnel se doit d’avertir le client, lui faire comprendre son erreur et proposer une ou des solutions.
P.Perraudin ne m’a pas prévenu sur ce point et me met sur le fait accompli dans sa LAR.

validation pose mur

“et SURTOUT vos indécisions”

A aucun moment avant cette LAR, Patrick Perraudin ne m’informe qu’il est nécessaire de faire tel choix pour telle date sans quoi les délais seraient impactés.
A noter qu’au jour de la réception de la LAR, il reste de nombreux travaux à faire : montage du store, électricité, prises, changement du tableau électrique, finition du bar/mange debout, plinthes autour de la cloison séparatrice, rénovation entière des WC, pose des étagères de cuisine, pose de la porte du placard de la cuisine, finitions diverses…
Si l’on admet qu’une “indécision” bloque l’exécution d’une tache, ne peut-on pas utiliser ce temps libéré pour avancer sur une autre tache ?
J’ajoute à cela que je suis très impliqué dans cette première rénovation. Je répond quasi instantanément à toutes les demandes, je checke le chantier chaque jour, même quand il ne se passe rien.

La fin des travaux

Le 18 mai je décide de faire venir un autre artisan pour montrer le travail en cours et voir s’il n’y a pas un véritable problème.
Celui-ci me fait réaliser mes doutes initiaux sur le travail réalisé.
(A ce stade j’ai versé environ 80% de la facture totale).
Dans ce contexte je relance Renovimo concernant les retards et le fait que les délais ne sont pas respectés.
Je transmets ce rapport à l’entreprise afin de trouver une solution.
La solution amiable ne semble pas celle choisie par l’entreprise qui préfère transmettre le dossier à son avocat.
Le 19 mai, je décide de récupérer les clés du studio et suspendre les travaux en attendant de trouver le moyen de mener à bien ces travaux dans de bonnes conditions.

Conclusion de mon expérience de première rénovation d’appartement :

On dit souvent que les artisans ont mauvaise réputation.
Néanmoins, au premier contact j’ai décidé de faire confiance à ce Monsieur et effectivement je le regrette.
Si la première partie des travaux était paisible et sympathique, la deuxième et dernière partie fut angoissante et stressante.

L’artisan avec un grand “A” serait celui qui fait un travail irréprochable, soigné, précis, dans les règles de l’art tout en respectant à la lettre les délais convenus.
Il doit être rigoureux, à l’écoute de son client et le conseiller tout au long du projet.

Dans cette catégorie je peux conseiller Probatis, mais également BFE Rénovations.

Selon mon ressenti, ce n’est pas ce que j’ai retrouvé chez cette entreprise “tous corps d’états” sur ce projet.
Encore une fois cela n’engage que moi et mon expérience pour cette rénovation précise.

A l’avenir, si je devais faire une rénovation je ferai très attention au contrat :

  • détails,
  • garanties,
  • délais,
  • matériaux utilisés,
  • respect des normes DTU…

En début de travaux je serai très attentif à la façon dont travaille l’artisan.
Je n’hésiterai pas à rompre le contrat dès les premiers doutes quand à la façon de travailler du professionnel.
Et pourquoi pas demander à faire une première petite mission en guise de test et prolonger ou pas en fonction ma satisfaction…

Néanmoins, une première expérience bénéfique !

Cette expérience (en cours au 18 mai 2016) a un goût (très) amers étant donné l’implication et le temps passé incalculable pour la confection des plans notamment afin d’obtenir un résultat parfait.
Ce qui est certains c’est que ce type de mésaventure permet néanmoins d’apprendre énormément de choses.
Sans nul doute beaucoup plus que si tout s’était passé sans accro.
Je rappelle qu’à la base je ne connais strictement rien au domaine du bâtiment et de la rénovation.
Il y a donc du positif à prendre, il s’agissait d’un petit appartement, d’un petit budget… soit, un excellent terrain d’apprentissage du milieu !
Cette mauvaise expérience me permettra de tout mettre en oeuvre pour ne pas qu’elle se reproduise à l’avenir sur une rénovation d’envergure.
A l’heure où j’écris ces lignes, la rénovation n’est pas terminée (18 mai 2016).